×

Docteur Bodnar

Informations complémentaires

ACTU

Perte de cheveux

La perte de cheveux chez l'homme

Vers 40 ans, il est courant d’observer une raréfaction des cheveux chez l’homme, mais le plus souvent, la calvitie androgénétique débute dès la fin de la puberté, vers l’âge de 17-20 ans.

Actuellement, les seuls médicaments ayant fait la preuve irréfutable de leur efficacité pour lutter contre la perte de cheveux chez l'homme sont le Finastéride, le Dutastéride, le Minoxidil et le PRP. Ces traitements sont à prendre au long court car leur effet ne dure pas. Quelques semaines après l'arrêt du traitement, la chute de cheveux recommence.

Plus le traitement est débuté précocement, plus il est efficace.
En ce qui concerne le PRP, celui-ci est utilisé comme un "booster" par libération de facteurs de croissance.
Utilisé seul, son efficacité est moindre, parfois nul car il faut bien reconnaître que le PRP n'est réellement efficace que dans 40% des cas. Il peut toutefois avoir un intérêt dans certaines formes d'alopécie débutante chez l'homme, mais toujours associé au Minoxidil et à un inhibiteur de la 5-alpha réductase.

30% des hommes sont touchés à la trentaine, et 50% sont touchés vers la cinquantaine.

D’un point de vue hormonale, la calvitie est sous la dépendance des hormones mâles, les androgènes, et plus particulièrement la testostérone. Cette hormone, une fois transformée en dihydrotestostérone (DHT) par une enzyme (la 5-alpha réductase), raccourci le cycle capillaire, induisant un renouvellement de plus en plus rapide.

Le follicule
s’épuise

01

Les cheveux deviennent
de plus en plus fins

02

Ils évoluent vers
le cycle capillaire du poil duvet

03

Le follicule
meurt

04

Une fois le follicule pileux mort, la seule solution pour reconstituer du volume et le remplacement capillaire est la greffe. Les techniques de greffe de cheveux sont nombreuses, mais le Docteur Bodnar, chirurgien plasticien spécialisé dans la greffe de cheveux, pratique maintenant uniquement la technique : la FUE.

Traitements

Finastéride & Minoxidil

Ces traitements doivent être bien compris pour être intégrés dans la vie quotidienne. Ce qu'il faut retenir, c'est que le nombre de cycles capillaires est soumis à des variations hormonales liées au nombre de récepteurs de la dihydrotestostérone (DHT).
Cette hormone est la forme active de la testostérone qui, bien qu'étant en quantité normale, voire faible, dans le sang, est transformée en dihydrotestostérone par une enzyme, la 5-alpha réductase, qui est en effet la clé de voute de tout un processus qui aboutit à l'accélération et la miniaturisation des tiges capillaires aboutissant à l'alopécie.
La variable n'est pas tant le dihydrotestostérone que le nombre de récepteurs à la dihydrotestostérone dont l'effet principal est le raccourcissement de la durée de vie du cheveu qui implique une miniaturisation de la taille des tiges capillaires. C'est souvent la première remarque des patients qui présentent une alopécie androgénique, surtout lorsqu'elle touche les femmes. L'impression d'avoir moins de volume est l'Elément à prendre en considération lors de la consultation car ce n'est souvent, hélas, pas le cas. Il ne faut jamais oublier qu'il n'y a que les cheveux qui existent encore et que l'on peut sauver, les cheveux disparus le sont définitivement.

Le nombre de récepteurs à la dihydrotestostérone est transmis génétiquement, il est codé par des gènes. C'est pour cette raison que ce type d'alopécie est appelé Aplopécie Andro-Génétique AAG.
Sa transmission est souvent non linéaire et peut sauter une génération en raison des gènes protecteurs maternel et donc contrairement à la croyance générale, ce n'est pas parce que l'on a trop de testostérone que l'on perd ses cheveux.
Les seuls médicaments ayant une activité sur la dihydrotestostérone sont le Finastéride et le Minoxidil, dont les vertus anti-hypertensives ne sont pas encore totalement élucidées, ils n'en demeure pas moins efficace. Il est vrai qu'en cas d'arrêt de ce médicament, la chute reprend en raison de la réactivation de la dihydrotestostérone. Mais il est autorisé de faire des pauses de quelques mois au cours des longs traitements.

perte de cheveux

Les médicaments qui retardent la perte des cheveux

Le Finastéride (Propécia)

Le Dutastéride (indication spécifique)

Le Finastéride, prescrit quotidiennement par les dermatologues, est le seul traitement efficace contre la chute de cheveux chez l’homme. Ces effets indésirables, notamment des troubles sexuels persistants ou des dépressions, ont été rapportés de longue date. Une étude récente, publiée dans le “Journal of Sexual Medecine” (Docteur Michael Irwig, chercheur à l’Université de Washington), a mis en évidence des dysfonctionnements sexuels pouvant durer des années après la fin du traitement.

Toutefois, comme le souligne le Dr Pascal Reygagne, dermatologue spécialiste du cuir chevelu, ces troubles sexuels peuvent également survenir spontanément, ce dont ne tient pas compte l’étude. Par ailleurs, il est à noter dans les effets indésirables des troubles de la fertilité.

Nous conseillerons donc de stopper provisoirement le traitement lorsqu'il y a un désir d'enfant. Celui-ci pourra être repris avec la même efficacité ultérieurement.
Ce dont ne tient pas compte l'étude : si l'on tient compte en terme d'image de l'importance d'avoir une jolie chevelure, il est tout à fait compréhensible que des patients pour qui l'intégrité capillaire est importante, l'alopécie induise un état sub-dépressif.
Dans le domaine de la sexualité par ailleurs, il est tout à fait compréhensible que la confiance en soi est en facteur déterminant pour un "bon fonctionnement sexuel".
Ce que les spécialistes ont constaté : une posologie, c'est-à-dire la concentration de médicaments dans le sang, même à taux beaucoup plus faible, est tout aussi efficace, ce qui diminue fortement les effets secondaires. Une prise médicamenteuse lundi, mercredi, vendredi suffit en effet à maintenir un taux plasmatique efficace anti-chute. Bien expliquer cela aux patients est important pour obtenir la confiance et l'alliance thérapeutique.

Le minoxidil

Le Minoxidil est un vasodilatateur qui était utilisé comme traitement de l’hypertension en se prenant par voie orale. Il lui a été découvert un effet secondaire intéressant et bénéfique pour les cheveux. En effet, les patients traités voyaient leur pilosité se développer et constataient l’arrêt de la chute de cheveux (pour les personnes atteintes d’alopécie).

Le Minoxidil 5% a été soumis à des essais cliniques qui ont démontré une efficacité pour lutter contre l’alopécie. Les résultats commencent à être perceptibles après 3 mois de traitement, à raison de deux applications par jour. Cela peut donc sembler contraignant, mais les études médicales confirment son effet. Ce dernier n’est pourtant pas toujours suffisant, à fortiori lorsque la calvitie est déjà bien développée.
La tendance actuelle est de privilégier le passage transcutané par massage doux et long. Il s'agit de pratiquer un massage du Minoxidil 5% avec la pulpe des doigts pendant 10 minutes de telle sorte qu'une pénétration médicamenteuse rejoigne le follicule, véritable cible à atteindre.
Suite à ce massage, nous conseillons maintenant de réaliser systématiquement un shampoing doux afin d'éliminer tous les agents irritants et gras qui gênent considérablement la vie sociale et peuvent provoquer des allergies qui aboutissent à un abandon de ce traitement qui est vraiment efficace.
D'autres médicaments, porteurs d'avenir, tels que le traitement triphasique, basé sur les mêmes empreintes moléculaires, sont également des alternatives thérapeutiques intéressantes.
Au début du traitement, il est tout à fait normal de remarquer sur la pulpe des doigts de nombreux cheveux fins. Il s'agit de cheveux qui sont déjà morts et bien sûr, plus que jamais, le traitement doit être continué, car cela témoigne de l'importance de l'alopécie androgénique.

perte des cheveux

Prendre soin de ses cheveux

Cela pourrait sembler évident, mais certaines bonnes pratiques sont à conseiller à toutes les personnes, et à fortiori à celles qui connaissent des pertes de cheveux pathologiques.

Choisir un shampoing qui respecte l’équilibre du cuir chevelu, et si besoin un soin adapté

Démêler, brosser, sécher et coiffer sans agresser la fibre capillaire et le cuir chevelu

Evitez les coiffures trop serrées, l’usage d’élastiques qui usent les cheveux

Nettoyer régulièrement peignes et brosses à cheveux, avec du shampooing ou un savon antiseptique

Adopter une alimentation variée et équilibrée

Mieux gérer le stress car il constitue l’un des facteurs principaux de vieillissement des cheveux

Bannir le tabac car il favorise la chute de cheveux

Protéger les cheveux du soleil en portant un chapeau en cas d’exposition prolongée

Limiter les traitements cosmétiques chimiques et / ou thermiques tels que le fer à friser, coloration, décoloration

Consulter un médecin ou un dermatologue en cas de problème

Minoxidil

Information sur le produit

Dans un tiers des cas

Minoxidil 2% inefficace et enraye nullement la chute des cheveux.

Deuxième tiers

Arrêt de la chute des cheveux.

Troisième tiers

Légère repousse des cheveux.

Le Minoxidil à 5%, quant à lui, donne une repousse plus rapide (deux fois plus d’effet à trois mois) et légèrement supérieure sur le long terme. L'importance est la régularité du traitement, mais bien sûr, occasionnellement, des fenêtres de 2 semaines à 1 mois peuvent être envisagé, surtout lors d'intolérance transitoire au Minoxidil.
Intérêt de nouveaux axes thérapeutiques de la même classe thérapeutique tel que le traitement triphasé.

Perte de cheveux

Classification de l’alopécie androgénétique selon Norwood-Hamilton

Stade I

Creusement symétrique en avant des globes temporo-frontaux

Stade II

Creusement des golfes temporo-frontaux symétriques avec éclaircissement du toupet

Stade III

Creusement symétrique plus profond des golfes temporo-frontaux s’étendant en arrière avec création d’un éclaircissement des cheveux au sommet du crâne appelé tonsure

Stade IV

Creusement symétrique important avec un toupet bien développé et une alopécie complète au niveau de la tonsure

Stade V

Même type d’alopécie que le stade IV avec les deux zones alopéciques antérieures et postérieurs qui tendent à confluer

Stade VI

Perte de cheveux qui s’étend derrière la tonsure appelée aussi tourbillon

Stade VII

Perte de cheveux qui s’étend derrière la tonsure appelée aussi Alopécie hippocratique où il reste une couronne basse de cheveux (au niveau des tempes et de la nuque)

HAUT